grosse déception pour ma première lecture commune avec Aeyrine

Angleterre, 1901. Les invasions de la Horde ont ruiné le pays. Nombreux sont ceux qui ont fui devant ce peuple barbare. D’autres restent et se battent. Comme Rhys Trahaearn, surnommé le duc de Fer, devenu un héros depuis qu’il a vaincu les forces ennemies. Alors que le pays se relève lentement, les ténèbres demeurent. Au côté de la sublime détective Mina Wentworth, le hors-la-loi enquête sur un meurtre des plus obscurs.

 

séparation texte blog 2

 

le duc de fer - Meljean Brook (couv)J’ai lu ce livre dans le cadre d’une lecture commune avec Aeyrine. Malgré le fait que j’ai eu quelques difficultés avec le roman, j’ai vraiment apprécié l’expérience de cette lecture à deux. D’autant plus qu’Aeyrine est une partenaire de lecture très agréable.

Mes impressions d’avant lecture étaient plutôt positives. J’ai très peu lu du steampunk mais les livres que j’ai eu l’occasion de lire étaient géniaux. J’étais donc impatiente de me replonger dans cet univers mécanique, loufoque. Au fil des pages, mon humeur a commencé à changer et je suis vite passée de l’allégresse à l’impatience et à la mauvaise humeur. Finir ce bouquin n’a pas été une torture, mais j’avoue que je suis bien contente d’en avoir fini avec lui.

Ma déception tient en deux points : une romance trop omniprésente et les actions bâclées. Tout d’abord, je n’ai rien contre les romances. J’en lis couramment et j’aime bien ça. Mais honnêtement, j’aurais aimé que l’histoire d’amour (en plus de l’incohérence des comportements des personnages, mais ça, on en parlera plus tard) soit moins présente. Au fil des pages, l’univers n’est qu’un décor à peine ébauché laissant la place principale à une banale histoire d’amour. Et encore quand je parle d’histoire d’amour, je suis gentille… Dans ce cas-ci, on parlera plutôt d’histoire érotique, car le sexe est omniprésent (et la réaction de certains personnages face au pouvoir de leur virilité est relativement agaçante). Je trouve cela dommage et cela gâche la lecture. En fait, selon moi, le souci vient du fait que l’auteur a voulu mélanger deux genres et l’un des genres littéraires (le steampunk en l’occurrence) en a pâti. Il y a un équilibre qui n’a pas été tenu.

Parlons des personnages maintenant. L’héroïne Mina est une femme décrite comme intelligente, qui a de grandes difficultés à se faire accepter dans la société anglaise (vous verrez pourquoi). Pourtant, elle a une force de caractère incroyable et a gravi les échelons de la société. Au début du récit, j’étais plutôt emballée par cette héroïne. Son attirance pour le duc de fer n’était pas dérangeante, d’autant plus qu’elle était relativement pondérée au début du roman. Pourtant, il y a un moment dans le récit où, soudainement, les choses changent, l’histoire d’amour (et de sexe) devient l’élément central du roman. C’est à ce moment-là qu’elle passe de réticente (voir carrément agressive) à charmée par les avances du duc. Elle se transforme alors en midinette qui ne songe qu’au sexe et cela gâche cette image d’héroïne torturée que j’avais commencé à apprécier. Je n’ai tout simplement pas compris ce changement d’attitude… surtout que c’est carrément soudain !

Mais la palme de monsieur insupportable revient au duc de fer : Rhys. Ça lui arrive de penser à autre chose qu’à sa bi** et au sexe ?! Celui-là je l’ai détesté dès les premières lignes. C’est un sale connard machiste, souffrant d’un problème d’ego. Ça ne doit pas être évident de vivre tous les jours avec une espèce de montagne qui n’est pas foutue de sourire de temps en temps. Sans parler de son langage qui est extrêmement vulgaire pour moi. Je ne dis pas que je n’aime pas ce genre de personnage, mais je trouve qu’il n’a pas trop sa place dans ce genre de roman. Bref, cela m’a gênée et énervée.

Le deuxième point principal est le manque d’action ou plutôt le fait que l’action est comme bâclée. En effet, il y a eu divers moments dans le roman où l’action aurait pu être mieux exploitée. Souvent, cette situation stressante est évacuée en quelques pages pour revenir aux scènes de sexe. Je suis vraiment attristée, car il y a des moments de tension qui auraient pu me faire frissonner d’angoisse, mais à vrai dire je n’ai même pas eu le temps de me rendre compte de ces moments d’actions tellement ils sont passés vite. Il n’y a que la scène de la fin qui vaut quelque chose et encore je trouve dommage d’attendre la fin pour enfin avoir quelque chose qui dépote.

 En bref, je trouve le récit bâclé et trop orienté sexe. Les attitudes des personnages sont généralement agaçantes. Au niveau du style, ça se lit, mais je suis tellement déçue par le manque de clairvoyance de l’auteur que le reste ne compte pas dans mon avis.

Pour allez consulter la chronique d’Aeyrine C’est trop marrant elle a un avis très différent du mien.

Le duc de fer - Meljean Brook
 Edition J'ai lu (Crépuscule) - 410 pages
Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Lupa dit :

    Je viens de le terminer et je suis d’accord avec toi ! Trop de scènes érotiques au détriment de l’univers steampunk, qui pourtant fourmillait de bonnes idées sous exploitées ! Dommage !
    Chouette avis en tout cas, merci 🙂

    1. dailybabylon dit :

      Merci, parfois je me sens un peu seule dans mes avis négatifs 🙂 j’ai l’impression que tous le monde est bien meilleur public que moi hihi 🙂 lire ton avis me réconforte haha 🙂 Merci pour ton passage 🙂

Laissez votre trace

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s