Le silence et la honte – Solweig Ély

le

le silence et la honteTitre : Le silence et la honte
Auteur : Solweig Ély
Édition : Michel Lafon
Pages : 261 pages
Genre : témoignage, autobiographie
Synopsis : Au cœur de l’été 1989, les parents de Solweig décident de se retirer du monde pour rejoindre la communauté religieuse des Béatitudes, avec leurs quatre filles. Solweig se retrouve livrée à elle-même dans une vaste abbaye où chacun vit sous l’emprise d’un « berger » tout-puissant. Trop absorbés par leur quête spirituelle, son père et sa mère ne voient pas qu’un haut responsable de la communauté s’introduit chaque soir dans la chambre de la fillette. Lorsque, plus tard, celle-ci se plaindra des agissements du religieux, ils l’accuseront de mentir et l’éloigneront du domicile familial par crainte du scandale. Ainsi condamnée au silence, Solweig n’a pas pu surmonter sa douleur. Malgré elle, la jeune fille a perdu toute confiance en ses parents et, plus généralement, dans le monde des adultes. Placée dans un internat puis dans diverses familles d’accueil à l’adolescence, elle a depuis lors vécu une longue errance à la recherche d’elle-même – jusqu’à ce que son agresseur se dénonce publiquement, un jour de février 2008. Refusant de se taire plus longtemps malgré les pressions de son entourage et le suicide de son père le 12 octobre 2010, Solweig dévoile aujourd’hui le calvaire vécu durant ces vingt-et-une années d’indifférence. Pour que d’autres enfants, soumis aux mêmes épreuves qu’elle, soient mieux protégés.

♠♠♠♠

Dans l’ensemble, je ne suis pas une grande fan du genre littéraire relatif aux témoignages. Ce n’est pas parce que je n’aime pas ça, mais généralement les émotions que me procure ce genre littéraire sont trop fortes pour mon petit cœur de guimauve. J’ai toujours peur de me laisser submerger. J’ai toujours été une grande sentimentale et les histoires tristes et émotives ne font pas bon ménage avec ma sensibilité. Cela dit, il m’arrive de temps en temps de céder à une envie et ce livre en fait partie. J’ai acquis « le silence et la honte » via une vente privée de Michel Lafon. J’ai beaucoup hésité, mais finalement vu la ristourne sur le prix, je me suis dit : pourquoi pas ?

Il faut dire que déjà dans le quatrième de couverture, on se doute que le récit ne sera pas facile à lire. C’est un récit de souffrance et de peur qui ne devrait jamais être raconté. Le roman raconte la vie bouleversante de Solweig Ely (l’auteur) qui, à l’âge de 9 ans, alors qu’elle vivait avec sa famille dans une communauté religieuse, a été abusée par un homme malhonnête et pervers. C’est clair qu’au sortir de ce récit, on a l’impression d’avoir reçu une claque. Après avoir lu l’histoire d’une vie comme celle-là, on se remet en question et toutes les choses qui nous paraissent horribles dans notre vie sont désormais tellement dérisoires.

Pendant ma lecture, je n’arrivais pas à décrire mes émotions en un mot. Plusieurs me venaient en tête et ce n’était pas joli : j’ai été triste, peinée, choquée, révoltée, ulcérée. J’ai été en colère, au bord des larmes, j’ai été sans voix et j’ai maudit l’homme qui a détruit la vie de tous ces enfants et de leur famille. J’ai voulu frapper sur tous les objets qui m’entouraient, j’aurais voulu l’avoir en face de moi pour détruire ce sourire qu’on imagine si bien dans notre tête.

Comment peut-on faire une chose pareille à un enfant ! Mais encore, en plus de cet acte ignoble, ce qui m’a le plus choquée c’est l’attitude des parents suite à cela. À mes yeux, ils sont bien pires que cet homme puisqu’ils ont cautionné ses actes en détournant les yeux et en accusant leur fille. En gros, s’ils avaient choisi de croire leur fille, les choses se seraient sans doute passées autrement et ce livre n’aurait sans doute pas existé. Comment peut-on accuser sa propre fille de 9 ans et choisir de croire un homme, un adulte, un étranger ! Il n’y a même pas eu le bénéfice du doute. Juste des yeux fermés et des oreilles bouchées. Mais ça ne s’arrête pas là ! Car ils n’ont pas fait que l’accuser (s’il n’y avait que ça), ils l’ont rejetée, enfoncée tout le restant de sa vie. Ils l’ont manipulée pour garder leur emprise sur elle. C’est ignoble et jamais de la vie je ne voudrais devenir comme ça. Rien ne le justifie.

Ce n’est pas le récit d’une vie, mais bien celui d’une survie. Honnêtement, je n’aurais pas eu le dixième de la force de Solweig pour affronter cette situation. Cette lecture est très émouvante et touchante, c’est certain. La plume de Solweig Ely est douce et précise. Je ne peux pas dire si j’ai bien aimé ou pas pour un témoignage, mais je peux dire que c’est clairement une lecture qui remet les idées en place.

D’autres avis :
Livraddict Logo

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laissez votre trace

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s